<< retour

365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees 365 degrees

365°
    Laurent Zylberman exerce le metier de photographe pour la presse et la communication institutionnelle. Ses premiers reportages portent sur la scene musicale punk en Grande-Bretagne, a la fin des annees 1970. Ses dernieres etudes concernent des sites petroliers. Entre temps, il a couvert le Printemps de Pekin ou la premiere guerre du Golfe comme correspondant de Sygma ou d'Asiaweek. Des annees durant, il a vecu a l'etranger, revenant de temps a autre a Paris - ou il a fonde l'agence Graphix-Images -, pour s'y fixer a partir de 1997.
    Depuis 2002, il envoie quotidiennement par courriel une photographie numerique prise le jour meme a une liste de personnes inscrites pour la recevoir. Destinee a l'origine a quelques amis et collaborateurs, cette initiative s'est elargie a plusieurs centaines d' "abonnes", dont pres de la moitie, inconnus de l'auteur, se sont interesses a ses travaux grace au Web ou a travers ses expositions.
    Realisees dans le cadre d'une commande ou provenant d'une recherche personnelle, ces photographies se succedent sans ordre ni thematique, au gre de la situation geographique, des travaux et de l'inspiration de l'auteur, n'ayant en general d'autre existence que cet envoi regulier et la parution sur le site qu'il a ouvert : http://www.365degres.com.
    Leurs recipiendaires se rejouissent du don d'ubiquite du photographe qui transmet parfois du fin fond de l'Asie une image s'inscrivant dans la boite de reception des messages quelques heures seulement avant la suivante en provenance de Montreuil-sous-Bois.
    Certaines sont materialisees sur papier a l'occasion des expositions qui ont debute en 2005 sous l'intitule 365°. Un important travail de transposition est alors mene avec le concours de Thomas Deschamps pour optimiser les fichiers dont les tirages grands formats revelent alors des détails inaperçus lors de la reception des images quotidiennes en 600 pixels. Les oeuvres reprises de la serie font l'objet d'un choix original pour chaque exposition, augmente des realisations les plus recentes.
    Cette serie d'images diffusees confidentiellement sur le Web conjugue hasard et necessite, echappe de la commande et se situe a l'ecart des rhetoriques propres aux divers genres de la photographie.
    Tardivement apparu en tant qu'auteur et de maniere inhabituelle, Laurent Zylberman delivre un constat. L'humanite, a travers son regard, n'est ni pire ni meilleure : elle demeure aux prises avec ses demons, mais pas plus ici qu'ailleurs, et semble encore capable d'acceder a une forme de plenitude.

    Michel Wlassikoff, Juin 2006